YOM - Celebration

Où il est dit qu’il y a toujours un avant et un après :

« D’habitude il n’y a pas de règle précise. Mes albums sont instinctifs : tout part d’un jaillissement et, à la fin, je comprends ce qu’ils évoquent et pourquoi je les ai imaginés ainsi.


Au début, j’avais envie de sortir enfin un album qui se cache en moi depuis longtemps : la méditation est importante dans ma vie et je voulais traduire cet état en musique, d’où l’idée d’un album intitulé Le Rythme du silence. Le titre se suffit à lui-même. Et puis...

Et puis nous attendions notre premier enfant, et puis j’avais 40 ans, et puis le confinement... »

Où il est dit que le silence attendra encore un peu :

« Une autre envie est née. Lorsque je me suis mis à imaginer ce nouvel album, tout ce qui gravite autour de moi avait changé. Surtout, grâce à la proposition de Komos, je me suis retrouvé pour la première fois en studio pendant plusieurs jours, prêt à véritablement « construire et fabriquer » un album. D’habitude, mes albums viennent peu ou prou de la scène et se nourrissent d’une rage personnelle que j’expulse en jouant. Cette fois, l’album est guidé par une autre énergie : enfantine, mélancolique, évanescente, élégiaque. Une célébration de la douceur et du beau.’

Où il est dit qu’une note est une pierre à l’édifice :

« Lorsque j’enregistre, il y a toujours chez moi une lutte entre le leader du groupe, le compositeur et l’interprète, ce qui provoque excitation mais, parfois aussi, du stress.
Cette fois, j’ai pu endosser chaque rôle tour à tour.
J’imaginais le morceau, je le construisais avec Léo Jassef qui s’installait au piano ou aux percussions pour l’enregistrer, enfin, et seulement à ce moment-là, je prenais ma clarinette pour jouer sur la musique déjà existante. Les différentes couches se constru- isaient ainsi. Et puis venait le temps du mixage avec Félix où il était encore possible d’inventer, de composer.

J’ai passé neuf jours en studio et j’ai utilisé tout ce temps qu’il est très rare d’avoir pour travailler réellement chaque morceau. Je peux dire que c’est mon premier album de compositeur. Comme une célébration »

Le duo avec Léo Jassef part en tournée dans une version scénique de l’album librement interprétée, où les mélodies fragiles du disque côtoient les improvisations épiques propres au live, dans une recherche de suspension du temps, d’introspection, de contemplation à vivre comme un murmure, une caresse, une larme de tendresse irriguant la surface aride de nos émotions prisonnières, un jaillissement d’amour sur l’horizon désertique de notre solitude originelle, une cérémonie, une prière, un rituel, une révélation, une méditation collective... une CÉLÉBRATION.

YOM : clarinette, piano, percussions

Léo jassef : piano, percussions

Disque "Celebration" paru sur le Label KOMOS Jazz